RDC: L’opposition fractionnée du Congo promet de défier la répression et de retourner dans les rues

Hits: 207

Les politiciens et militants de l’opposition en République démocratique du Congo se sont engagés à défier la répression et à intensifier leurs protestations alors que le pays en proie à des troubles a été promis par le président Joseph Kabila plus tard dans l’année.

La RDC a été frappée par une série de rébellions et de flambées de violence communautaire au cours des derniers mois, certains observateurs s’inquiétant d’une glissade dans l’anarchie qui pourrait déstabiliser une grande partie de la région.

L’ONU a mis en garde contre une détérioration dramatique de la situation humanitaire. Plus de 4 millions de personnes sont déplacées et au moins 8 millions sont en phase aiguë de la faim. Des milliers sont morts. Une conférence de donateurs du 13 avril a été boycottée par la RDC et a recueilli moins de la moitié des 1,7 milliard de dollars demandés par l’ONU.

La police et les forces militaires nationales sont accusées de violations généralisées des droits de l’homme. Une cinquantaine de personnes ont déjà été tuées lors de manifestations cette année. Selon un récent rapport de l’ONU, des «agents de l’État» ont commis 1 176 assassinats l’année dernière, mais le bilan peut être beaucoup plus élevé. Les agences de sécurité sont accusées d’avoir dissimulé des preuves d’actes répréhensibles et de nombreux témoins ont été intimidés.

Centre de réfugiés de Kyangwali en Ouganda qui a vu une énorme augmentation des réfugiés de la République démocratique du Congo. Photo: Jack Taylor / Getty Images
Cinq membres du mouvement de la société civile Lutte pour le Changement (LUCHA) ont récemment été arrêtés dans la ville de Goma, dans l’est du pays, tandis que beaucoup d’autres ont été victimes de harcèlement systématique. Cinq manifestants et un policier ont été blessés lorsque les forces de sécurité ont dispersé une manifestation le mois dernier. Alexis Kanane, un ancien porte-parole du LUCHA à Goma, a été abattu le mois dernier. Les militants croient qu’il a été assassiné.

LUCHA planifie maintenant une nouvelle vague de manifestations de rue avant la fin avril.

Les parents des victimes de fusillades récentes et d’enlèvements présumés contactés par le Guardian ne voulaient pas parler après avoir reçu des menaces. Mais les membres de l’opposition fragmentée de la RDC ainsi que les activistes de la société civile ont déclaré qu’ils continueraient à protester malgré le risque d’emprisonnement ou de blessure.

“Nous sommes menacés tous les jours. Ils nous disent: «Arrêtez ce que vous faites ou quelque chose de mauvais vous arrivera.» Le pire n’est pas la menace de prison, c’est la peur de ne pas pouvoir agir pour changer la situation », a déclaré Gloire Wahzavalere, Un activiste LUCHA de 20 ans à Goma.

Kabila, qui a pris le pouvoir en 2001 après l’assassinat de son père, a ignoré la fin de son deuxième mandat de cinq ans en 2016. Aides a déclaré que l’homme de 46 ans ne se présentera plus aux élections prévues en décembre.

Ce n’est pas un royaume … c’est une république démocratique

Lambert Mende, le ministre de l’information

“Ce n’est pas un royaume … c’est une république démocratique”, a déclaré Lambert Mende, ministre de l’Information, au Guardian en février.

Beaucoup croient que Kabila essaiera de maintenir son emprise sur le pouvoir, en changeant la constitution, la fraude pure et simple, en s’assurant qu’un allié proche remporte des élections ou en manipulant le système électoral pour s’assurer que les partis d’opposition sont marginalisés.

Les militants de l’opposition disent qu’il y a “une nouvelle conscience parmi les Congolais”.

Christian Badosa, un responsable du parti de l’engagement pour la citoyenneté et le développement (ECiDé), a déclaré: “Il y a une colère populaire [Kabila] ne peut pas résister. Tout le monde veut un changement. ”

Badosa a déclaré avoir été attaqué à quatre reprises par des inconnus à Goma et détenu à plusieurs reprises. “J’ai passé beaucoup de temps dans des refuges. Ils sont prêts à tout pour nous faire taire, mais nous sommes habitués à leurs menaces. Nous allons maintenir la pression. ”

Le manque d’unité parmi la multitude de partis d’opposition de la RDC pourrait permettre à Kabila de poursuivre une politique efficace de division et de domination, disent les analystes, et il y a encore un certain soutien pour le président.

“Nous avons vu quelques grandes réalisations ces dernières années: hôpitaux, cliniques, écoles. Mais vous devez être réaliste. Regardez d’où nous venions! Depuis l’indépendance, ce pays a été effectivement détruit “, a déclaré Sylvestre Nkuba Kahombo, député de Goma au parti présidentiel.

Le personnage d’opposition le plus populaire semble être Moïse Katumbi, l’ancien gouverneur de la province du Katanga.

Katumbi, qui a été forcé de quitter la RDC après avoir été accusé de fraude en 2016, a lancé sa course à la présidence en provenance d’Afrique du Sud le mois dernier. L’homme d’affaires multimillionnaire affirme que les accusations portées contre lui sont forgées de toutes pièces.

“C’est celui que nous voulons voir. Il sait comment faire avancer les choses. Au Katanga, il y avait beaucoup de développement quand il était au pouvoir et c’est ce que nous voulons voir partout “, a déclaré Alphonse Bahati, chef traditionnel à Nyabiondo, une ville isolée située à 45 miles à l’ouest de Goma.

Les responsables affirment que «aucune fraude ne sera acceptée», mais soulignent les difficultés logistiques liées à l’organisation du scrutin dans un vaste pays doté d’infrastructures limitées et de 46 millions d’électeurs inscrits.

“Nous sommes quatre fois plus gros que la France, sans routes. Cela va poser d’énormes défis “, a déclaré Julien Paluko, le gouverneur de la province du Nord-Kivu et un loyaliste de Kabila.

L’un des principaux points de discorde est l’utilisation de nouvelles machines à voter électroniques, qui selon beaucoup faciliteront la fraude, mais qui, selon les responsables, sont essentielles pour réduire les coûts et faciliter la logistique. La communauté internationale dirigée par les États-Unis insiste sur les bulletins de vote papier.

Les élections de 2006 ont mené à de violents affrontements. En 2011, le sondage a été entaché d’allégations de fraude systématique.

Wahzavalere, le jeune militant de LUCHA à Goma, est défiant.

“Il est risqué de démontrer compte tenu de la réponse des agences de sécurité. Chaque fois que nous essayons de nous relever, ils nous battent. Mais cela nous montre simplement pourquoi nous devons continuer à tout prix “, a-t-il déclaré.

© Wab-infos

Laisser un commentaire

PropellerAds

Abonnement sur Wab-Infos

M'abonner pour recevoir les actus en premier

Advertisement

ContSpons