La police rwandaise arrête 23 réfugiés congolais après des violences au camp

Hits: 308

La police rwandaise a arrêté 23 réfugiés congolais après que des officiers de police et des hauts fonctionnaires aient été bombardés de pierres lors d’une visite dans un camp de réfugiés, ont déclaré les autorités après deux jours d’affrontements.

Les officiels qui se sont rendus dans le camp de Kiziba, dans l’ouest du Rwanda, où vivent 17 000 réfugiés congolais, ont été attaqués lundi. La police a riposté en lançant des gaz lacrymogènes sur les réfugiés, blessant au moins un enfant.

Des réfugiés du camp ont déclaré à Reuters que des centaines de policiers armés sont entrés mardi dans son enceinte et ont tiré des gaz lacrymogènes et des balles réelles, tuant un réfugié.

“Plusieurs autres personnes ont également été blessées alors que d’autres ont été arrêtées alors que la police fouillait le camp”, a déclaré mardi Desange Mukeshimana, une résidente du camp et mère de trois enfants.

On ignore immédiatement ce qui a déclenché la dernière flambée, mais certains réfugiés ont déclaré que cela venait de la violence en février lorsque la police a tué au moins cinq réfugiés et en a blessé 20 autres après des protestations sur des coupures de rations alimentaires.

Le porte-parole de la police, Theos Badege, a refusé de dire si la police avait tiré à balles réelles et gaz lacrymogènes, mais a déclaré que les attaques contre les policiers avaient conduit à des arrestations mardi.

“Nous les avons arrêtés parce que pendant que nous menions nos fonctions, ils ont essayé de se battre contre la police”, a-t-il dit.

La police rwandaise a indiqué sur Twitter que des patrouilles de routine se poursuivaient dans et autour du camp pour assurer la sécurité de tous les réfugiés et autres résidents de la région.

“Plusieurs réfugiés ont recouru à la violence, lancé des pierres et attaqué des policiers avec des objets pointus, ce qui a conduit à l’arrestation de 23 individus qui ont été remis aux autorités compétentes pour enquête”, ont-ils ajouté.

Le Rwanda accueille un total de 174 000 réfugiés, dont 57 000 du Burundi voisin qui ont fui la violence en 2015. La plupart des autres ont fui la République démocratique du Congo pendant les périodes d’instabilité au cours des deux dernières décennies.

Un autre réfugié, Shyaka Elie, a déclaré à propos des affrontements de cette semaine: «C’est incroyable de voir des réfugiés être harcelés comme ça.» En tant que réfugiés, nous avons également utilisé des pierres, mais nous essayions de nous défendre.

“Nous sommes Congolais et nous voulons rentrer chez nous même si ce n’est pas sûr là-bas, nous ne sommes pas en sécurité ici non plus.”

Elie a déclaré que le réfugié décédé – Elysee Kanyandekwe – avait été abattu alors qu’il “essayait de se battre pour le chef” du comité exécutif des réfugiés qui dirige le camp, que les autorités ont depuis démantelé pour accusations d’incitation à la violence.

Un tribunal a confirmé lundi la décision de continuer à détenir 21 réfugiés accusés d’avoir organisé la manifestation de février alors que les enquêtes se poursuivent.

© Wab-infos avec Reuters

Abonnement sur Wab-Infos

M'abonner pour recevoir les actus en premier

Abonnez-vous à Wab-infos.

Soyez premier à recevoir nos actualités en temps réel

Rejoignez 174 autres abonnés

ContSpons