L’Ouganda a annoncé son intention d’imposer la peine de mort aux homosexuels.

Le projet de loi, connu familièrement sous le nom de «Kill the Gays» en Ouganda, a été annulé il y a cinq ans pour des raisons techniques, mais le gouvernement a annoncé jeudi qu’il prévoyait de le ressusciter d’ici quelques semaines.

Le gouvernement a déclaré que le projet de loi limiterait la montée du “sexe non naturel” dans ce pays d’Afrique orientale.

“L’homosexualité n’est pas naturelle pour les Ougandais, mais il y a eu un recrutement massif de gays dans les écoles, et particulièrement parmi les jeunes, où ils promeuvent le mensonge que les gens naissent comme ça”,

Simon Lokodo, ministre de l’éthique et de l’intégrité du pays, a déclaré à la Thomson Reuters Foundation.

«Notre droit pénal actuel est limité. Cela ne fait que criminaliser l’acte. Nous voulons qu’il soit précisé que quiconque est impliqué dans la promotion et le recrutement doit être criminalisé. Ceux qui commettent des actes graves seront condamnés à mort.

M. Lokodo a déclaré que le projet de loi, soutenu par le président du pays, Yoweri Museveni, sera présenté de nouveau au Parlement dans les prochaines semaines.

Il a ajouté que le vote devrait avoir lieu avant la fin de l’année.

Le ministre était optimiste quant à l’adoption du projet de loi en présence des deux tiers des membres nécessaires, a-t-il déclaré, car le gouvernement avait fait pression sur les législateurs avant sa réintroduction.

La cour constitutionnelle ougandaise a annulé la loi – anciennement connue sous le nom de projet de loi «Kill the Gays», car elle incluait la peine de mort – en 2014.

L’Ouganda a fait l’objet d’une condamnation internationale généralisée lorsque le projet de loi précédent a été approuvé par M. Museveni en 2014.

Les États-Unis ont réduit leur aide, imposé des restrictions de visas et annulé des exercices militaires. La Banque mondiale, la Suède, la Norvège, le Danemark et les Pays-Bas ont également suspendu ou réorienté leur aide.

M. Lokodo a déclaré que l’Ouganda était prêt à toute réponse négative.

C’est une préoccupation

il a dit.

«Mais nousommes prêts. Nous n’aimons pas le chantage. Bien que nous sachions que cela va irriter nos partisans du budget et de la gouvernance, nous ne pouvons nous contenter de plier la tête et de nous incliner devant ceux qui veulent imposer une culture qui nous est étrangère.

En vertu de la loi coloniale britannique, le sexe gay en Ouganda est passible d’une peine d’emprisonnement à vie.

Les activistes ont averti que le nouveau projet de loi risquait d’accroître la violence et Pepe Julian Onziema de Sexual Minorities Uganda, une alliance d’organisations LGBT +, a déclaré que ses membres étaient craintifs.

La dernière fois que la loi a été adoptée, elle a attisé le sentiment homophobe et les crimes de haine“, a déclaré M. Onziema.

«Des centaines de personnes LGBT + ont été forcées de quitter le pays en tant que réfugiés et d’autres suivront si cette loi est promulguée. Cela nous criminalisera même si nous défendons les droits des LGBT +, sans parler du soutien et de la protection des minorités sexuelles. ”

M. Onziema a déclaré que trois hommes gays et une femme transgenre avaient été tués lors d’attaques homophobes en Ouganda cette année, la dernière en date de la semaine dernière lorsqu’un homosexuel a été tué à coups de matraque.

Avec Independant


AUTRES NEWS SUR LE SITE

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez aussi avec vos proches sur les réseaux sociaux ci-dessous. 👇🏽👇🏽

N'oubliez pas de vous abonner à notre Chaîne YouTube 👇🏽

1 COMMENTAIRE

RÉAGIR

Saisi votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.