A Beni, dix-sept personnes ont trouvé la mort le samedi 24 septembre et plusieurs autres sont portées disparues, principalement les enfants, suite à un mouvement de panique provoquée par la rumeur d’une incursion des ADF dans cette ville du Nord-Kivu.  Selon le responsable de la protection civile de Beni, la situation a été aggravée quand un militaire FARDC en tenue civile a commencé à tirer en l’air.

Il précise que ce bilan est encore provisoire.

Le responsable de la protection civile à Beni, Jean-Paul Kapitula, précise que quinze personnes sont mortes par noyade:
«Pendant cette panique, comme il pleuvait abondamment, il y a des enfants qui ont été perdus. Nous sommes en train de rechercher ces enfants. Ils ont pris la route Mangina, la route Butembo et d’autres, la route d’Oïcha. Et par rapport aux dégâts humains, nous comptons 15 morts par noyade et  deux par crise. Nous attendons encore recevoir d’autres corps qui seront repêchés.»

Selon les reporters de Radio Okapi, jusque ce matin, plusieurs parents recherchaient encore leurs enfants perdus pendant cette panique.

Le maire de Beni, Nyonyi Bwanakawa, appelle la population ayant fui vers les cités voisines de Beni à regagner leurs domiciles.
«Il y a eu panique hier [samedi 24 septembre], aujourd’hui il n’y a pas panique. La ville a recouvré son calme depuis hier. Mes administrés qui sont allés à Mangina, à Butembo, ailleurs que chacun retourne à domicile», lance le maire de Beni.

Le militaire ayant tiré en l’air et qui a aggravé cette panique est aux arrêts à l’auditorat militaire de garnison de Beni.


AUTRES NEWS SUR LE SITE

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez aussi avec vos proches sur les réseaux sociaux ci-dessous. 👇🏽👇🏽

N'oubliez pas de vous abonner à notre Chaîne YouTube 👇🏽

RÉAGIR

Saisi votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.