MERCATO : Griezmann au Barça ? Le président de l’Atletico confirme

Rédigé par lucienallioun

Hits: 233

Le départ d’Antoine Griezmann de l’Atlético Madrid vers le Barça a été confirmé par Gil Marin, directeur général du club madrilène. Tous les indices menaient déjà vers la Catalogne avant cet aveu qui met la pression sur les Blaugrana.

“Depuis mars, je sais clairement où jouera Griezmann, à Barcelone.” Impossible de faire plus clair. Et ce propos prend tout son sens quand on sait qu’il a été prononcé sur Movistar par Gil Marin, le directeur général de l’Atlético Madrid. Voilà qui ne fait finalement que confirmer ce que tout le monde pressent depuis bien longtemps mais qui place le Barça dans une position délicate.

En effet, il apparaît très clairement que le club catalan ne bougera qu’à partir du 1er juillet puisque la clause libératoire de l’attaquant français passera alors de 200 à 120 millions d’euros. En attendant, il va falloir assumer un choix qui divise clairement les supporters du club, une partie de la direction et bien entendu le vestiaire.

Le Barça est dos au mur
L’Atlético, de son côté, sera très attentif à une autre rumeur qui indique que les deux parties ont d’ores et déjà signé un accord contractuel avec des pénalités en cas de volte-face. Le Barça n’est pas prêt à revivre le scénario de la saison dernière mais, finalement, vu la tournure des événements, cela protégerait autant le Tricolore.

Surtout, si les Blaugrana ne doivent pas aimer cette déclaration, c’est en raison du timing. Car pour payer la clause de Griezmann, il va falloir 120 millions tout de suite, sans possibilité de l’amortir sur plusieurs saisons. Sans compter qu’ils devront faire de la place dans la masse salariale du club pour les émoluments (16 à 17 millions par an) du champion du monde.

Cela induit des départs. Le premier souhaité n’est autre que Philippe Coutinho. Le Brésilien a envie de partir mais aucun club ne paiera la somme voulue par le Barça. Encore moins en sachant que le champion d’Espagne n’a guère le choix. Négocier dans cette position, c’est plus qu’inconfortable