RDC: L’ONG-AJBS fustige la répression brutale et sanglante des manifestations pacifiques de protestation contre Ronsard Malonda à la tête de la CENI



Action des jeunes pour le bien-être social « AJBS » en sigle condamne fermement la répression violente des manifestations du 09 juillet de l’année en cours, par les forces de l’ordre à Kinshasa et dans plusieurs villes de la RDC, par l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), parti au pouvoir soutenu par d’autres partis politiques dont plate-forme LAMUKA excepté ceux du Front Commun pour le Congo (FCC) pour protester contre l’entérinement de la désignation par l’Assemblée Nationale de monsieur Ronsard MALONDA en qualité du Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).

S’agissant particulièrement de Kinshasa, capitale de la RD Congo, les éléments de la PNC déployés dans certains points chauds de la ville et le long des itinéraires prévus pour la marche ont violemment dispersé les manifestants parmi lesquels plusieurs conducteurs des motos. Des interpellations des personnes, des traumatismes dus entre autres à l’inhalation de gaz lacrymogènes lancés par les policiers dont certains tiraient à balles réelles en l’air pour disperser les manifestants ont été observés.Le cas de Haut-Katanga, dans un communiqué de presse, rendu par le gouvernement provincial en date du 07 juillet 2020, le conseil provincial de sécurité auquel était associé l’équipe de riposte contre la COVID-19, annonçait le confinement des villes de Lubumbashi, Kipushi, Likasi et Kasumbalesa pour 3 jours soit du 09 au 11 juillet 2020 pour rechercher les contacts des personnes contaminées à la COVID-19. Le maire de la ville de Lubumbashi, pour sa part a répondu aux organisateurs des manifestations par un communiqué officiel n°026/BUR-MAIRE/VILLE/L’SHI/2020 du 07 juillet 2020 interdisant toute marche, rassemblement de plus de 20 personnes jusqu’à nouvel ordre.

Cependant, ces décisions ont été perçues par certains acteurs politiques comme un confinement plutôt à des fins politiques et non sanitaires. Ce jeudi 09 juillet 2020, AJBS à constater les attroupements de la population dans les grandes avenues de la ville de Lubumbashi.

C’est ainsi que vers 10 h 00 des vives tensions ont été observées presque dans toutes les communes de la ville de Lubumbashi. A certains endroits les manifestants ont brulé les pneus sur les artères mais à d’autres endroits ils chantaient pacifiquement sans s’en prendre aux biens privés ou publics.ONG-AJBS déplore l’usage excessif d’armes létales par des éléments des forces de sécurité pour réprimer des manifestants bien que pacifiques mais violant les mesures barrières édictées par l’autorité dans le cadre de la lutte contre la COVID-19. Cette répression a occasionné plusieurs blessés par balles se trouvant dans différents hôpitaux de la ville de Lubumbashi.

Selon le recoupement des informations en notre possession 3 personnes tuées par balles sur le boulevard Msiri (arrêt Tshombe), route Kafubu (camp Vangu), et chaussée coin savonnier (entrée tunnel) et 23 blessés.

AJBS constate avec regret que lors de l’observation des manifestations de ce jour, aucun dispositif sanitaire n’a été mis en place pour retracer les contacts des personnes contaminées comme initialement annoncé dans le communiqué du conseil de sécurité provincial. Toutefois, AJBS salue le professionnalisme avec lequel certains éléments de sécurité ont contenu les manifestants à des différents endroits.

En réaction à cette provocation policière, des actes de vandalisme ont été perpétrés par les manifestants furieux au bureau de l’interfédéral pour la ville de Kinshasa du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD) et au siège du Parti Travailliste (PT) de monsieur Steeve MBIKAYI, membre du gouvernement central et du FCC.
Des informations parvenues à l’AJBS font état de trois personnes qui auraient été tuées à Kinshasa dont une sur avenue Kanda Kanda dans la commune de Kasa-Vubu. A Goma, Beni, Matadi, Tshikapa et tant d’autres provinces, plusieurs cas de blessés ont été enregistrés pendant les manifestations ainsi que des dégâts matériels importants.Tout en rappelant aux autorités congolaises que la liberté de manifester est garantie par la Constitution de la République ainsi qu’aux instruments régionaux et internationaux relatifs aux droits humains ratifiés par la RDC, AJBS saisit cette occasion pour dénoncer une fois de plus l’instrumentalisation des éléments de la PNC et surtout des jeunes à des fins inavouées.

AJBS en tant qu’ONG sentinelle saisit également cette occasion pour dénoncer avec la dernière énergie la politique du FCC visant à programmer le même jour de contre manifestations susceptibles d’accroître les violations et autres atteintes aux droits humains.

ONG-AJBS rappelle à tous ceux qui continuent à soutenir la candidature de monsieur Ronsard MALONDA que les tollés de protestation et l’ampleur des manifestations enregistrés autour de sa désignation suivie de son entérinement n’ont jamais été enregistrés en RDC à l’époque de la désignation et de l’entérinement des anciens présidents de la CENI notamment Malu Malu, Ngoy MULUNDA et Corneille NAANGA.

La crédibilité, l’impartialité et la confiance envers monsieur Ronsard MALONDA sont largement entamées qu’aucune personne éprise de respect des droits humains, de sauvegarde des acquis de l’alternance et de la consolidation de la démocratie ne peut tolérer le voir à la tête d’une institution d’appui à la démocratie comme la CENI.

Eu égard à ce qui précède, ONG-AJBS invite :

les autorités congolaises à :

  • Respecter la liberté de manifester garantie par la Constitution de la République et les instruments régionaux et internationaux relatifs aux droits humains et de mettre fin à la restriction de l’espace démocratique sous prétexte de l’état d’urgence sanitaire ;

  • Diligenter une enquête indépendante sur la répression des manifestants afin de sanctionner sévèrement les auteurs des violations des droits humains enregistrées ;

  • Cesser d’instrumentaliser des éléments de la PNC, des militants et autres sympathisants de certains partis politiques pour commettre des violations et atteintes aux droits humains.

Aux responsables des partis politiques à :

  • Bien former et sensibiliser les militants de leurs partis politiques au respect de la propriété privée et des biens publics en évitant les casses et autres actes de vandalismes au cours des manifestations publiques.

AUTRES NEWS SUR LE SITE

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez aussi avec vos proches sur les réseaux sociaux ci-dessous. 👇🏽👇🏽

N'oubliez pas de vous abonner à notre Chaîne YouTube 👇🏽 [sm-youtube-subscribe]

Commenter maintenant 😃😚😘🤔

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.