Sud-Kivu: Les 9 Bonnes raisons de voter pour Moïse DIBALA MUSAFIRI, le numéro 80 à la députation provinciale dans la ville de Bukavu

Rédigé par Ricoeur-Suave

Hits: 506

Étant en mesure d’intervenir en faveur de sa communauté dans différents dossiers lors de débats à l’Assemblée provinciale, entre autres, le numéro 80 Moïse DIBALA MUSAFIRI est devenu le candidat ayant un parcours riche et différent des autres candidats.
En tant que citoyen, on doit connaître les raisons pour lesquelles on doit choisir notre candidat préféré.

Voici donc 9 bonnes raisons, parmi beaucoup d’autres, pour lesquelles il faut voter pour le numéro 80 Moïse DIBALA MUSAFIRI.
Il sera voté :

  1. Parce qu’il est différent des responsables politiques qui l’ont précédé : il a eu un vrai métier, dans le secteur privé et dans le secteur public.

  2. Parce qu’il est l’auteur de nombreuses actions réalisées au profit de la jeunesse, des églises et d’autres couches sociales.

  3. Parce qu’il ne doit rien à personne d’autre qu’à nous .

  4. Parce qu’il est capable de reconnaître qu’une idée est bonne même si elle vient d’un autre camp politique.

  5. Parce que son programme n’est pas de défaire tout ce que les autres ont fait avant lui : c’est d’être la voix du peuple.

  6. Parce qu’on apprécie sa bienveillance et le fait qu’il refuse d’attaquer les autres candidats.

  7. Parce qu’il a toujours dénoncé le mal de sa société favorisant le bien être de la population du Sud-Kivu.

  8. Parce qu’il a toujours été heureux de donner que de recevoir et les bénéficiaires de ces dons en témoignent.

  9. Enfin, parce que nous ne voulons pas prendre le risque qu’il puisse perdre.

Voter pour Moïse DIBALA MUSAFIRI le numéro 80, c’est surtout choisir des solutions innovantes et ambitieuses.

PARCOURS ET RÉALISATIONS de Moïse DIBALA MUSAFIRI.

‘’Erhebuka’’, enseignant de formation, Moïse DIBALA MUSAFIRI, fils de DIBALA LULA MUKATA Isidore (Grand notable de Ngweshe et de Bagira/Bukavu d’heureuse mémoire) et de BABINGWA Odile, pieuse ménagère (paix à son âme) a étudié à l’Athénée de Bagira (Ecole primaire) ; à l’Institut Kamole de Kabare (Humanités pédagogiques) ; à l’I.S.P. de Kisangani (Graduat) avant de terminer ses études universitaires à 24 ans, en 1984 avec la mention « Distinction » à l’Institut Pédagogique National (actuel U.P.N.) de Kinshasa, option Français-Linguistique africaine.

Après un parcours éclair sans accrocs, Moïse devint prématurément Gérant de la Société Zaïroise des Mines et Industries (actuelle SOGECOM) puis Assistant d’enseignement au Département de français de l’Institut Supérieur Pédagogique (ISP) de Bukavu pendant quatre ans. Il a aussi assuré la formation de la jeunesse congolaise à l’Ecole d’Application de l’ISP (EDAP), au Lycée Nyakavogo et à l’Institut Bwindi. A l’époque, il avait travaillé comme Formateur des citoyens américains (en langue française) au Corps de la Paix des Etats-Unis d’Amérique, bureau de Bukavu et de Bujumbura.
Moïse est marié à Madame BIRERE NALWEYO Dyna, fonctionnaire de son
Etat. De cette union trois garçons et trois filles meublent désormais l’amour de ce couple bien soudé, vieux de 30 ans révolus et qui compte deux beaux petits enfants (Godwin et Yaëlle).

Rappelé dans les milieux des affaires en 1991 au pas de Papa DIBALA (alors Président-Fondateur de FC Bilombe de Bagira et créateur du Stade papa Dibala situé à Nyakavogo à Bagira), Moïse servira durant sept ans comme Chef de service Commercial de la Société KOTECHA avant d’être promu d’abord Directeur de projets et de développement adjoint le 29 décembre 2001, puis Directeur Administratif adjoint au sein toujours de cette prestigieuse entreprise de la région, fonction qu’il occupe jusqu’à ce jour.

Conseiller provincial à la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) depuis plus de 20 ans dans le secteur du commerce général, fort de ses atouts managériaux, Moïse DIBALA MUSAFIRI avait mérité en mars 2015 la confiance de ses pairs (Responsables des Entités de traitement de minerais) qui l’ont hissé au cours de ce mandat de 2015 à 2018 au rang du Président du secteur minier au niveau de la FEC dans la province du Sud-Kivu.

Monsieur Moïse DIBALA MUSAFIRI a milité contre vents et marrées aux côtés du doyen Baudoin MAMBO SALUMU KILYANKAMBO pour implanter l’actuel Tribunal de Commerce du Sud-Kivu en montant soigneusement tous les dossiers des juges consulaires qui œuvrent présentement au sein de cette importante institution judiciaire.

Selon le témoignage des fidèles, cet homme crédible, de grande renommée et Serviteur de Dieu au sein de l’Eglise Catholique Romaine assure les fonctions suivantes : il est Ministre extraordinaire de l’Eucharistie ou Auxiliaire de communion de la Paroisse d’Ibanda, Cathédrale Notre Dame de la Paix. Il tient le secrétariat du Comité Diocésain du Renouveau Charismatique Catholique, groupe de prière dans laquel il est Evangélisateur ; enfin, il a été choisi dans sa Communauté Ecclésiale Vivante (Shirika) de Kalehe 1/Ibanda au titre de Vice-Président des papas. Faut-il le souligner, Moïse DIBALA MUSAFIRI communément appelé ‘’Papa Moussa’’, représente Monsieur KETAN KOTECHA au Conseil d’Administration de l’Université Catholique de Bukavu (U.C.B.) en qualité d’Administrateur. Sous cette casquette, il avait réussi à obtenir une bourse permanente auprès de la Société Kotecha qui aide chaque année six étudiants intelligents qui réalisent de meilleurs résultats mais dont les parents ou les tuteurs sont incapables de supporter les frais académiques.

Moïse DIBALA MUSAFIRI a senti un appel intérieur et récurent lui demandant de mettre sa foi, son intelligence, son savoir-faire et tout son potentiel au profit de la population du Sud-Kivu en particulier à l’instar de Papa DIBALA et de toute la République Démocratique du Congo en général pour voir comment répondre efficacement et de manière pragmatique aux désidératas de cette population qui l’a vu naître et grandir, cette population qui souffre.

Par modestie, il n’a pas voulu étaler les différentes actions dont il est l’auteur, actions réalisées au profit de la jeunesse, de l’Eglise, des pasteurs et autres couches sociales. Et selon lui, une fois dans l’hémicycle provincial, il donnera le meilleur de lui-même étant entendu que l’idéal dans le fond des élus de la mandature passée a été l’incapacité de la plupart d’entre eux à ne pas savoir canaliser les problèmes de la population et de les soumettre à qui de droit. La rédevabilité sera donc son cheval de bataille.

Notons en passant que Monsieur Moïse DIBALA MUSAFIRI fut cadre influent dans le PA.NA.DE.R, où il a postulé à la députation nationale en octobre 2011 avant de démissionner officiellement le 02 mai 2015 pour des raisons évidentes. Même si les réalités des résultats des échéances de 2011 ne lui ont pas étaient favorables, Monsieur Moïse DIBALA MUSAFIRI qui était à sa
première expérience en politique n’avait pas démérité vu son classement significatif sur l’ensemble de 150 compétiteurs de taille de l’époque.
Après plusieurs analyses et études profondes, Monsieur Moïse DIBALA MUSAFIRI décide, le 06 mai 2015, d’adhérer volontairement au P.N.D., Parti National pour la Démocratie et le Développement, un parti de l’opposition, parti cher à son Excellence Moïse KATUMBI CHAPWE et patronné par Monsieur SALUMU IDI KALONDA, « SKDELLA » pour les intimes.
Pour ce Vice-Président fédéral et cadre du P.N.D. au Sud-Kivu, il y a beaucoup de nombreux défis à relever et cela pratiquement dans tous les domaines de la vie quotidienne du congolais ; notamment sur le plan intellectuel, social, culturel, foncier, sécuritaire, économique, professionnel. Pour lui, bien des antivaleurs sont à éradiquer systématiquement pour qu’en 2026 la pauvreté, le mépris et l’opprobre ne soient plus collés à la peau du Congolais.

Faisant sienne cette pensée de Wista CHURDRILL « Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité. Un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté », Monsieur Moïse DIBALA MUSAFIRI se veut optimiste et est donc prêt à frapper la « mer rouge » du bâton que DIEU et la population de la circonscription électorale de la ville de Bukavu lui ont confié de façon à atteindre paisiblement l’autre rive où, le front dressé, le Congolais goûtera pour de bon au lait et au miel que regorge ce beau pays de Lumumba.

La Providence n’opère nullement par fatalité. Dieu est fidèle et constant, fait remarquer Monsieur Moïse DIBALA MUSAFIRI. En effet, lors des élections de 2011, alors Candidat de la majorité présidentielle à la députation nationale dans la ville de Bukavu, Moïse DIBALA portait le numéro 80. Et aujourd’hui il est encore numéro 80 dans l’opposition à la députation provinciale toujours dans la ville de Bukavu (Regroupement A.M.K. de l’Ensemble pour le changement). Votez pour Moïse DIBALA MUSAFIRI , numéro 80 à la députation provinciale dans la circonscription de la ville de Bukavu c’est voté utile.