LDC – FC Barcelone vs Liverpool : Tout savoir sur ce match

Rédigé par Lucien Allioun



AprĂšs trois saisons oĂč le Barça est restĂ© en rade sur le quai des quarts de finale, les Blaugrana retrouvent le dernier carrĂ©, et un adversaire de tout premier plan. Le meilleur auquel ils auront Ă©tĂ© opposĂ© cette saison. Ce Barça-Liverpool a la tĂȘte d’une finale avant la lettre, et il paraĂźt bien difficile de dĂ©gager un favori.

Focus maximum. DĂ©jĂ  couronnĂ© en Liga, finaliste annoncĂ© en Copa, Barcelone n’a dĂ©sormais d’yeux que pour la Champions, cette Coupe qui a Ă©lu domicile depuis trois saisons dans la vitrine Ă  trophĂ©e la moins prisĂ©e de Catalogne. Le Barça-Liverpool qui s’annonce dĂšs mercredi au Camp Nou fait extrĂȘmement saliver. Il a Ă©galement de quoi se gratter la tĂȘte, tant l’issue paraĂźt incertaine. Tour d’horizon des questions dont les rĂ©ponses dĂ©signeront certainement l’identitĂ© du finaliste.

Quelle hauteur de bloc pour le Barça ?

Plus calculateur que ses prĂ©dĂ©cesseurs, Ernesto Valverde va aborder ce Barça-Liverpool avec un dilemme. Dans cette Champions League, comme dans les autres gros affrontements de la saison, son Ă©quipe a toujours alternĂ© entre diffĂ©rentes hauteurs de bloc. PĂ©riodes de pressing intense et d’occupation haute du camp adverse, avec confiscation du ballon, parfois pour le simple fait d’en dĂ©possĂ©der l’adversaire. Plages de recul, recroquevillĂ©s bas devant la surface, Ă  utiliser la moitiĂ© de terrain adverse ouverte en transitions. Face Ă  Liverpool, le cƓur du Txingurri risque de balancer, lui que l’on imagine largement prĂ©fĂ©rer partir vers la Mersey avec un 0-0 plutĂŽt qu’un 4-4, 3-3.

Si les Catalans vont chercher les Reds dans leur moitiĂ© de terrain, ils mettront Busquets, leur baromĂštre, dans sa position de confort. Mais ils s’exposeront au pressing anglais au milieu. Chaque perte de balle sera sanctionnĂ©e d’une contre-attaque supersonique du trio Salah-Firmino-ManĂ©. Monstrueuse cette saison, la paire PiquĂ©-Lenglet n’apparaĂźt pas pour autant trĂšs Ă©quipĂ©e pour dĂ©fendre 50m dans leur dos, au sprint, en courant vers leur but. Dans l’approche dĂ©fensive de la rencontre, on attend avec intĂ©rĂȘt de voir si Alba sera prudent (avec un Ɠil sur Mo Salah
) ou s’il aura ses vellĂ©itĂ©s offensives habituelles. De l’autre cĂŽtĂ©, il pourrait y avoir match entre Sergi Roberto et Semedo, pour contrĂŽler Sadio ManĂ©, l’attaquant liverpuldien le plus en forme actuellement.

Connaissant la force de frappe offensive, hyper verticale, des hommes de Klopp, le Barça n’a-t’il pas intĂ©rĂȘt Ă  renier ses fondamentaux, et Ă  adopter un bloc bas ? A priori, la triplette rouge sera moins Ă  l’aise face Ă  des lignes regroupĂ©es que dans de grands espaces. Cette configuration placerait certainement Busi dans un rĂŽle inconfortable, mais elle maximiserait le rendement de PiquĂ©et Lenglet, impĂ©riaux cette saison lorsqu’il s’est agi de nettoyer la surface. Les Reds possĂšdent en Alexander-Arnold et Robertsondes centreurs d’élite, mais la charniĂšre culĂ©excelle dans le domaine aĂ©rien (la menace se situera plutĂŽt sur coups de pied arrĂȘtĂ©s, avec des montĂ©es de Van Dijk par exemple).

Que le bloc barcelonais soit haut, mĂ©dian ou bas, la vĂ©ritĂ© devrait se trouver au milieu de terrain. A priori, les Catalans possĂšdent des Ă©lĂ©ments plus crĂ©atifs (mĂȘme si Keita est le plus capable de casser des lignes par le dribble). Si le Barça a la possession, il s’en sortira s’il arrive Ă  rĂ©sister au pressing. S’il laisse la balle, il devrait arriver Ă  contrĂŽler le (relativement) faible playmaking adverse. Mais on n’est pas Ă  l’abri de voir tout ce beau monde se regarder un moment dans le blanc des yeux


Un match fermé ?

Dans le coin Blau, le Barça, 86 buts marquĂ©s en Liga, 23 en Champions. Dans le coin rouge, Liverpool, 84 pions en PL et 18 en LDC. Pour autant, la prĂ©sence dans cette demie de deux des toutes meilleures attaques du continent ne garantit pas un feu d’artifice offensif. Les matches aller de confrontations Ă  Ă©limination directe accouchent souvent de matches oĂč l’apprĂ©hension et le calcul l’emportent, comme lors du dernier Tottenham-City (le retour fĂ»t lĂ©gĂšrement diffĂ©rent
). On vient d’en parler, le Barça se posera probablement pas mal de questions sur l’attitude Ă  adopter. Au Parc OL, Ă  Old Trafford, les Blaugrana avaient gardĂ© le frein Ă  portĂ©e de main et n’avaient lĂąchĂ© les chevaux qu’au retour. Cette fois, ils devront pourtant faire la diffĂ©rence dĂšs le Game 1, au Camp Nou.

De son cĂŽtĂ©, Liverpool ne garantit pas non plus un spectacle tout feu tout flamme. Battus lors de chaque dĂ©placement lors de la phase de poules (Naples, Etoile Rouge, Paris), les Klopp Boys ont certes gagnĂ© Ă  Munich puis Ă  Porto. Mais ils avaient souffert le martyr en premiĂšre mi-temps face aux Dragoes. Cette relative fragilitĂ© en dĂ©placement les incitera peut-ĂȘtre Ă  aborder le match au Nou prudemment. L’an dernier face Ă  City, ils avaient su verrouiller une fois la diffĂ©rence faite.

On en arrive irrĂ©mĂ©diablement au point le plus crucial. Marquer le premier. Prendre le score. Faire tourner la rencontre de son cĂŽtĂ©. Dans ce choc, l’équipe qui prendra l’avantage pourra laisser l’initiative Ă  l’adversaire, pour tenter de le punir en transition. C’est ce qui a fonctionnĂ© en Champions ces derniĂšres annĂ©es, mĂȘme si l’édition en cours se rĂ©vĂšle plus joueuse. Le premier but est crucial, raison de plus pour tout mettre en route
 pour ne pas l’encaisser.

Coutinho ou Dembélé ?

C’est la plus grosse inconnue dans le onze de dĂ©part de Valverde, avec l’identitĂ© du latĂ©ral droit. Toute la saison, DembĂ©lĂ© a paru avoir une longueur d’avance sur Coutinho pour accompagner Messi et Suarez en attaque. Mais la connivence du Français avec les bancs de l’infirmerie ont fait fondre son avantage, et la forme des derniers matches semble donner Couti gagnant d’une courte tĂȘte. Au-delĂ  de la simple question du qui, le choix du coach sera probablement reprĂ©sentatif des volontĂ©s culĂ©s. Avec Petit Couto, l’entraĂŹneur Extremeño (une fois pour toute, il n’est pas Basque) s’assure une conservation de balle sous pression plutĂŽt bienvenue face aux Reds. Pour ces mĂȘmes raisons, Arthur devrait ĂȘtre prĂ©fĂ©rĂ© Ă  un Vidal pourtant en verve. La titularisation du BrĂ©silien paraĂźt coller avec une volontĂ© de jouer haut et avec le ballon, d’autant plus que son positionnement dans le half-space ouvre l’aile Ă  Alba.

Si le mister choisit Dembouz, cela pourrait signifier que le FCB choisit d’opter pour les transitions. Avec sa vitesse, ses prises de profondeur et les dĂ©gĂąts que causent ses dribbles, le Français est le joueur de l’effectif le plus transition-compatible. Quoi qu’il arrive, s’il dĂ©marre sur le banc, DembĂ©lĂ© devrait avoir l’opportunitĂ© de rentrer. Si le score est contraire, il apparaĂźtra car il est un Ă©lĂ©ment plus « radicalement » offensif que Coutinho. Si le tableau d’affichage est clĂ©ment, il sera une arme pour appuyer un peu plus lĂ  oĂč ça fait mal. À moins que Valverde n’opte alors pour un Vidal ou un SR et un retour au 4-4-2 Ă  plat


Messi fera-t’il plier Van Dijk ?

Son arrivĂ©e Ă  Anfield en Janvier 2018 a transformĂ© Liverpool en un vĂ©ritable contender dans toutes les compĂ©titions. Ceux qui buggaient en voyant le prix de son transfert ont dĂ©sormais compris pourquoi. FraĂźchement Ă©lu meilleur joueur de Premier League, Virgil Van Dijk est le taulier de la meilleure dĂ©fense du championnat anglais. Surtout, au-delĂ  de la sĂ©curitĂ© qu’il dĂ©gage, et de la sensation qu’il peut toujours rattraper le coup dĂ©fensivement, il trimballe depuis le dĂ©but de saison le titre de « joueur qui ne s’est pas fait dribbler » (on vous accorde le cĂŽtĂ© nĂ©buleux : mĂȘme en tant que fan de stats, on ne sait pas bien oĂč commence et oĂč finit un dribble concernant la data). Un titre qui, par dĂ©finition, se veut temporaire puisqu’un jour ou l’autre il finira par se faire dĂ©passer par un adversaire. Ça tombe bien, il va croiser la route de Lionel Messi ce mercredi soir. Un Messi auteur d’une saison stratosphĂ©rique, ce qui est une plĂ©noasme. Mais surtout un Messifrais, reposĂ© (remplaçant lors de trois des quatre derniers matches de Liga), et surtout dĂ©terminĂ© au plus haut point lorsque la rencontre se dĂ©roule avec un ballon Ă©toilĂ© cousu sur la manche.

Fatalement amenĂ©s Ă  se rencontrer puisqu’ils Ă©volueront dans les mĂȘmes zones, Van Dijk et Messi, le colosse et le lutin, portent une grande partie des espoirs des leurs sur leurs Ă©paules. Celui qui sortira vainqueur de ce Clash of Titans donnera certainement un avantage dĂ©cisif Ă  son Ă©quipe.

Suarez, enfin ?

Cinq ans aprĂšs avoir posĂ© ses valises Ă  Casteldefells, Luis Suarez va retrouver le Liverpool FC. Faut-il briller en sociĂ©tĂ© lors de retrouvailles avec son ex ? Ce serait en tout cas plus que bienvenu pour le Pistolero, mĂȘme si les Reds ont bien changĂ©s depuis l’époque oĂč il y arborait le numĂ©ro 7. L’implication de l’Uruguayen n’est jamais remise en cause, mais son rendement laisse souvent Ă  dĂ©sirer (surtout visuellement
). Si, dans les chiffres, il parvient Ă  garder la tĂȘte hors de l’eau en Liga, sur la scĂšne europĂ©enne son bilan est famĂ©lique. Sur les deux derniĂšres saisons de Champions, Luisito ne compte qu’un but inscrit (quart aller contre la Roma en Avril 2018). Il est certes souvent passeur dĂ©cisif, ou impliquĂ© dans la demi-douzaine de CSC que le Barça a forcĂ© sur la pĂ©riode, comme lors du tour prĂ©cĂ©dent face Ă  Shaw Ă  Old Trafford, mais cela reste insuffisant.

MalgrĂ© le travail qu’il abat et les espaces qu’il ouvre, notamment pour le plus cĂ©lĂšbre de ses coĂ©quipiers, on est obligĂ© de se poser la question. Une Ă©quipe peut-elle gagner la Champions avec un avant-centre muet sur toute la compĂ©tition ? Peut-ĂȘtre, s’il y a MessiĂ  cĂŽtĂ©. Didier Deschamps pourrait mĂȘme ajouter qu’il a Ă©tĂ© Champion du Monde comme ça
 La meilleure des choses serait certainement que Suarez mette lui-mĂȘme une fin dĂ©finitive au dĂ©bat en y allant de sa petite contribution lors de ces demi-finales. Et on se moque bien de savoir s’il serait de bon ton, ou non, de fĂȘter un but contre son ancien club.

Comme un air de Barça-Bayern
 mais lequel ?

Celui de 2015 ? Un match aller assez cadenassĂ©, un chef d’Ɠuvre tactique de part et d’autre, des Ă©quipes qui se neutralisent et un 0-0 qui vole littĂ©ralement en Ă©clat sur 3 coups de baguette magique de Leo Messi ?

Ou celui de 2013 ? Un Barça qui contrĂŽle le ballon mais se fait punir par la vitesse et la justesse des transitions bavaroises, oĂč chaque perte de balle semble destinĂ©e Ă  se terminer en but encaissĂ© ?

On ne vous fera pas l’affront de vous donner le scenario qui a notre prĂ©fĂ©rence (avec Van Dijk dans le rĂŽle de Boateng ?)


AUTRES NEWS SUR LE SITE

Cet article vous a-t-il Ă©tĂ© utile ? Partagez aussi avec vos proches sur les rĂ©seaux sociaux ci-dessous. đŸ‘‡đŸœđŸ‘‡đŸœ

N'oubliez pas de vous abonner Ă  notre ChaĂźne YouTube đŸ‘‡đŸœ

Commenter maintenant đŸ˜ƒđŸ˜šđŸ˜˜đŸ€”

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.