Le Paris Saint Germain a réussi à passer le cap des 8es de finale de la Ligue des Champions, Après trois tentatives. L’équipe de Tuchel a renversé Dortmund dans un Parc vide (2-0).
En avril prochain, et pour la première fois depuis 2016, le PSG fera partie du Top 8 continental.

Après tant de désillusions ces dernières années, les Franciliens ont réussi à franchir les 8es de finale. Malgré le huis clos et aussi plusieurs absences importantes dans le onze de départ, ils ont effacé leur défaite de l’aller contre Dortmund en l’emportant 2-0 au retour. Une victoire qui s’est dessinée dès la première période, et qui fut le fruit d’une brillante partition collective.

Le PSG disputera les quarts de finale de la Ligue des Champions pour la 6e fois (1994/95, 2012/13, 2013/14, 2014/15, 2015/16 et 2019/20), c’est plus que tout autre club français. Soulagement.

Paris a pris le match à son compte et en a été rérécompensé.Les champions de France ont joué à se faire peur ces dernières semaines, mais le Jour J ils ont su répondre présent en réunissant tous les ingrédients nécessaires à une (mini)remontada.

Ils ont été conquérants, solides, sûrs de leurs forces et efficaces. Il n’y avait pas besoin de plus pour se défaire de cette formation allemande petit bras et bien moins séduisante que lors de la première manche. En 90 minutes de jeu, Keylor Navas n’a eu aucun véritable arrêt à effectuer.
À contrario, Roman Burki a lui été sollicité. Le portier suisse a même eu à chercher deux fois le cuir dans ses propres filets.

D’abord à la 28eme minute lorsque Neymar est venu placer une très belle tête plongeante sur un centre d’Angel Di Maria. Le Brésilien s’est distingué dans un registre qu’on ne lui connait pas, et cela en dit long sur la détermination qui l’animait . En l’absence de Kylian Mbappé, laissé sur le banc jusqu’à la 64eme, il a su prendre les choses en main et mettre les siens sur la voie royale. Sa réalisation salvatrice a été fêtée comme il se doit par les 3000 spectateurs parisiens présents aux abords du stade.

À 1-0, tout est devenu plus facile pour les Parisiens. Contre une équipe de Dortmund déboussolée et incapable de réagir, ils se sont donnés à cœur joie pour enfoncer le clou. A l’entame du temps additionnel de la première période, Juan Bernat a assuré le but de break. Celui qui était incertain pour ce match, l’Espagnol a doublé la mise en concluant d’une jolie déviation une action qu’il a lui-même initiée près du rond central. Pablo Sarabia lui a offert la passe décisive, justifiant sa titularisation aux avant-postes.

Le PSG a géré habilement son avance
Avec deux buts d’avance, Paris a fait le plus dur dans cette rencontre. Au retour des vestiaires, les hommes de Thomas Tuchel ont fait le choix de gérer le score plutôt que d’essayer d’aggraver la marque , même si Angel Di Maria n’était pas loin d’inscrire le troisième but sur coup franc à la 55eme. Ce fut risqué comme démarche, mais cela a porté ses fruits.

Malgré un deuxième acte moins abouti, les joueurs de la capitale française n’ont pas du tout tremblé. Si on excepte un tir de Julian Brandt passé au-dessus du cadre (76e), il n’y a guère eu de temps fort côté allemand. Les visiteurs ont fini par baisser définitivement les bras à la 90eme suite à l’expulsion d’Emre Can.
Au final, le PSG s’est donc qualifié sans trop de peine pour les quarts de finale de la compétition reine.

Malgré un contexte compliqué, l’équipe de Tuchel a su se faire respecter et faire honneur à son rang. Il n’y a encore rien de gagné, mais cette étape franchie a de quoi soulager grandement l’équipe, le club et toutes ses composantes. Pour une fois, Paris peut rêver grand en accueillant le printemps.


AUTRES NEWS SUR LE SITE

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez aussi avec vos proches sur les réseaux sociaux ci-dessous. 👇🏽👇🏽

N'oubliez pas de vous abonner à notre Chaîne YouTube 👇🏽

RÉAGIR

Saisi votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.