Tomber amoureux à 19 ans, faire la cour pendant quatre ans et enfin se marier; Jeannette Masika ne savait pas que l’union d’amour qu’elle partageait jadis avec son mari désormais séparé se dissiperait 10 ans plus tard.

La mère de trois enfants dit qu’elle avait tout dans la vie avec son mari qui était affectueux et attentionné au début mais qui a changé.

Le changement était si intense qu’il la maltraitait émotionnellement et devenait un père absent de ses enfants; il galopait d’un coin du pays à l’autre avec différentes femmes le week-end pour faire la fête.

Poussée au bord de nombreuses fois, elle a flirté avec l’idée de séparation mais l’a écartée jusqu’à ce que la situation devienne si épaisse qu’elle a jeté l’éponge.

«Cela fait maintenant quatre ans que nous sommes séparés et je me sens bien, mais la première année a été pénible. J’ai sombré dans la dépression et l’isolement, mais je me suis tirée à travers la grâce de Dieu. Je suis heureux d’avoir pris la décision audacieuse de partir», déclare Masika avec un sourire.

Cependant, la psychologue-conseil Déborah Nabintu compare le mariage à la varicelle en notant que “vous avez de la chance de l’avoir une seule fois”.

La Canée partage des statistiques alarmantes sur les cotes de divorce dans le monde, affirmant que 20% des premiers mariages échouent au cours des cinq premières années, tandis que 48% finissent par divorcer avant 20 ans.

Elle explique que le divorce et la séparation sont des événements difficiles sur le plan émotionnel pour les deux parties, car ils suscitent colère, anxiété, chagrin et peur, mais il est également possible d’avoir une dissolution saine en fonction de votre gentillesse et de votre compassion les uns envers les autres.

Son conseil est cependant: «Ne prenez pas le divorce pour bataille si cela ne fonctionne pas.» Elle ajoute que le divorce est une expérience traumatisante pour les enfants même s’ils s’adaptent après quelques années.

Cependant, elle dit que “les enfants sont mieux après un divorce que dans un foyer semé de conflits, car les querelles des parents exposent les enfants à des problèmes psychologiques et sociaux”.

Selon son expérience, Déborah affirme que l’adultère, la commodité politique, le sentiment qu’un partenaire n’en fait pas assez pour le satisfaire financièrement ou autrement, tandis que d’autres grandissent par amour, tue le mariage.

La psychologue soutient toutefois que les problèmes qui aboutissent à la perte de mariages peuvent être évités si les deux parties communiquent efficacement et peuvent se comprendre.

«Le mariage est une institution et sa croissance nécessite beaucoup d’engagement. C’est un processus qui requiert respect, confiance et beaucoup de temps ensemble pour continuer à apprendre les uns des autres. Les mariages ont besoin d’être adaptés à mesure que nous grandissons parce qu’ils changent au fil des années. Si vous ne savez pas comment vous en occuper, consultez un thérapeute matrimonial professionnel », conseille-t-elle.


Avez-vous des informations que vous voudriez que les Congolais sachent ? Parlez à Wab-infos et nous partagerons avec le monde entier. Cliquez ici pour soumettre.


AUTRES NEWS SUR LE SITE

Cet article vous a-t-il été utile ? Partagez aussi avec vos proches sur les réseaux sociaux ci-dessous. 👇🏽👇🏽

N'oubliez pas de vous abonner à notre Chaîne YouTube 👇🏽

RÉAGIR

Saisi votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.